La spiruline, un complément alimentaire sans équivalent.

Publié le 30 avril 2009, par Viviane Haguenauer

L’utilisation de ce produit naturel oublié depuis des décennies connait un regain d’intérêt.

La spiruline est une cyanobactérie Cyanobactérie Bactérie photosynthétique contenant, outre de la chlorophylle, différents pigments, qui leur donnent une couleur généralement bleu-vert. Les cyanobactéries sont souvent appelées cyanophycées ou algues bleues, car elles ont été longtemps considérées comme faisant partie des algues. récoltée en Afrique et en Inde dans des lacs aux eaux chaudes et saumâtres. Elle est utilisée pour l’alimentation humaine et animale. Découverte au Mexique par des chercheurs français, dans les années 50, elle est maintenant cultivée industriellement pour la fabrication d’aliments diététiques.

Très riche en protéines, la spiruline contient également des vitamines et des minéraux (fer, vitamine B12, vitamine A). Elle est consommée fraîche près des lieux de production ou commercialisée sous forme deshydratée pour l’exportation (poudre, comprimés, gélules). On peut la trouver incorporée dans des aliments (pâtes, boissons ...) mais il est préférable de la consommer crue car un chauffage excessif entraine une perte de ses qualités nutritionnelles. Elle doit être conservée à l’abri de la lumière et de l’humidité pour conserver ses propriétés.

La spiruline est utilisée lors de la prise en charge de la dénutrition Dénutrition État pathologique consécutif à un processus de désassimilation d’intensité supérieure à celle du processus d’assimilation. protéino-énergétique des enfants dans les pays en voie de développement. Dans les pays développés, on la retrouve dans les régimes végétariens, chez les personnes consommant peu de protéines animales, chez les sportifs pour sa forte teneur en fer et chez les personnes âgées pour sa richesse en carotènes et en vitamines antioxydantes. La malnutrition Malnutrition Apport non équilibré de nutriments dans l’alimentation. touchant près de 10% des personnes âgées et jusqu’à 70% des vieillards vivants en institution, la spiruline suscite un intérêt certain dans les pays industrialisés.

Toutefois, dotée d’une odeur et d’un goût qui peut repousser le consommateur, la spiruline, d’une couleur vert foncé, peut rendre moins appétissants les aliments dans lesquels on l’incorpore. Son coût, dérisoire dans les pays en voie de développement, peut devenir prohibitif (200 à 500 € le kg de gélule) lorsqu’elle est vendue dans les pharmacies ou magasins diététiques des pays économiquement développés. Cependant de petites productions artisanales françaises proposent des prix plus raisonnables.

Cet engouement pour la spiruline pourrait être profitable pour l’ensemble de la planète. Il peut en effet contribuer à améliorer l’état nutritionnel de l’homme dans les endroits où d’autres sources protéiques et vitaminiques ne sont pas disponibles. Encore faut-il que sa culture continue à se développer comme c’est le cas en Afrique.


Source

  • FRÖHLICH, Nadia. Spiruline, intérêts et limites, Information diététique, juillet-août-septembre 2008, n° 3, p. 27-30.

Dans la même rubrique :