Compte rendu des 8es Journées francophones de nutrition

Publié le 14 janvier 2011, par Viviane Haguenauer

Les 8es Journées francophones de nutrition ont eu lieu à Lille du 8 au 10 décembre 2010. Elles étaient organisées par la Société française de nutrition (SFN) et la Société francophone de nutrition clinique et métabolique (SFNEP) en collaboration avec l’Association française des diététiciens-nutritionnistes (AFDN), le Club francophone de gérontologie et nutrition (CFGN), le Collège des enseignants de nutrition (CEN) et la Fédération nationale des associations médicales de nutrition (FNAMN).

JPEG - 167.9 ko

Elles sont destinées aux médecins, chercheurs, pharmaciens, diététiciens, infirmiers et industriels, pour faire part des avancées scientifiques dans le domaine de la nutrition. Ces trois journées se sont articulées autour de forums de recherche, de symposiums et de conférences plénières.

Mercredi 8 décembre

L’un des symposiums, organisé par le Centre de recherche et d’études nutritionnelles (CERIN), a comme thème les apports nutritionnels conseillés Apports nutritionnels conseillés Valeurs de référence moyennes établies par nutriment et catégorie de population afin de permettre la couverture des besoins nutritionnels moyens. (ANC) en lipides. Jean-Michel Lecerf présente d’abord un historique sur les acides gras saturés, des années 50 à nos jours, qui permet d’appréhender l’implication de ces lipides dans les maladies cardiovasculaires, sur le plan épidémiologique, expérimental, et physiopathologique. La deuxième communication aborde ensuite les aspects pratiques avec des exemples de rations quotidiennes, basées sur les groupes d’aliments, qui tiennent compte des recommandations. Une démarche novatrice pour les ANC en acides gras pour l’adulte est ensuite exposée par Philippe Legrand.

La première conférence plénière « Faut-il des preuves pour nourrir ? », menée par Eric Lerebours, ouvre le débat sur la recherche de preuves en nutrition et le choix de critères d’efficacité en nutrition clinique. Il s’agit d’intégrer, à l’expertise et aux valeurs du patient, les meilleurs faits (ou preuves) issus de la recherche.

Les participants au symposium commun au CEN/SFN/SFNEP se sont interrogés sur les apports protéino-énergétiques chez l’adulte. Après avoir passé en revue ce que nous apprenaient les modèles animaux et l’intérêt du rapport calorico-azoté, quatre profils de patients et des solutions d’alimentation adaptées ont été présentés : le dénutri, l’agressé, l’obèse et le sujet âgé.

Plusieurs sessions de communications orales organisées par la SFN et la SFNEP ont clos cette première journée. Le comportement et la consommation alimentaire en étaient les thèmes principaux ainsi que la nutrition à domicile qui proposait aux professionnels de santé des pistes de solutions.

Enfin, une conférence grand public a présenté la dénutrition Dénutrition État pathologique consécutif à un processus de désassimilation d’intensité supérieure à celle du processus d’assimilation. comme une menace majeure pour l’homme malade.

Jeudi 9 décembre

L’intérêt des cohortes dans les recherches cliniques en nutrition est montré au cours du symposium organisé par le Centre de recherche en nutrition humaine (CRNH). Plusieurs chercheurs se sont interrogés sur les modalités d’exploitation de ces cohortes. L’étude Nutrinet-Santé, la cohorte ELFE (Étude longitudinale française depuis l’enfance) qui suit 20 000 enfants de leur naissance jusqu’à l’âge adulte, ainsi que l’étude EPIPAGE sont entre autres présentées. Le concept de la métabolomique est ensuite introduit par Marc Ferrara de l’INRA INRA Institut national de la recherche agronomique de Clermont-Ferrand. Il existe des programmes fondés sur l’étude du métabolisme impliqué soit dans les processus d’élaboration de caractéristiques des aliments, soit dans le statut nutritionnel de l’homme et ses dérives associées à diverses pathologies ou dans l’effet des stimuli de l’environnement sur les systèmes biologiques. Leur pertinence repose sur différentes technologies d’analyse globale des biomolécules.

Lors de la deuxième conférence plénière, des communications se succèdent sur l’alimentation du jeune enfant et de la personne âgée. La quantité de sel présente dans les aliments joue un rôle dans les préférences alimentaires des enfants et influence donc les consommations. La nutrition entérale et la nutrition parentérale sont abordées avec leur incidence sur la qualité de vie Qualité de vie La mesure de la qualité de vie dans le domaine de la santé permet de quantifier l’impact des maladies ou des interventions médicales sur le vécu des patients, du point de vue subjectif des intéressés eux-mêmes. au domicile et sur le risque infectieux lié aux cathéters.

Deux symposiums organisés par la SFN ont suivi. L’un fait le point sur le Programme national nutrition santé (PNNS) auprès des familles les plus vulnérables. Comment sont perçus les messages santé et quels sont les impacts des politiques nutritionnelles sur les consommateurs les plus pauvres ? Le marketing social pourrait agir comme levier pour résoudre des problèmes sociaux afin de favoriser le changement de comportement.
Lors du suivant, sont présentées des méthodes et des interprétations d’études épidémiologiques nutritionnelles, avec notamment une étude de synthèse sur la typologie alimentaire et le cancer du sein. Les avantages et les inconvénients par rapport à une approche par aliment sont confrontés et de nouvelles perspectives s’ouvrent grâce à l’étude de ces typologies afin de comprendre l’impact du comportement alimentaire sur le risque du cancer du sein.

Vendredi 10 décembre

Dans un premier symposium organisé conjointement par Danone et la SFN un point est fait sur l’environnement nutritionnel périnatal et le développement de l’enfant. Des expériences sensorielles périnatales et les préférences alimentaires au cours de l’enfance sont exposées en s’appuyant sur des données anatomiques et sur les interactions mère-enfant.

Un deuxième symposium, toujours organisé par la SFN, a comme objet la toxicité des contaminants alimentaires en présentant les effets physiopathologiques de mélanges de pesticides Pesticides Produits phytopharmaceutiques utilisés pour la prévention, le contrôle ou l’élimination d’organismes vivants nuisibles pour les végétaux ou pour la conservation des produits végétaux. sur l’organisme. Une méta-analyse d’études épidémiologiques montre l’incidence de ces substances sur les cancers. L’exposition alimentaire aux pesticides Pesticides Produits phytopharmaceutiques utilisés pour la prévention, le contrôle ou l’élimination d’organismes vivants nuisibles pour les végétaux ou pour la conservation des produits végétaux. pose plusieurs problématiques : quels risques représentent les mélanges quand on sait qu’il existe des combinaisons infinies de molécules, d’individus, de fréquences d’exposition et de pathologies. Le choix des mélanges de pesticides Pesticides Produits phytopharmaceutiques utilisés pour la prévention, le contrôle ou l’élimination d’organismes vivants nuisibles pour les végétaux ou pour la conservation des produits végétaux. testés est-il représentatif ? Quels sont les effets sur la descendance ? Par ailleurs, notre alimentation est une co-exposition à des facteurs protecteurs et à des facteurs de risques. Les micronutriments Micronutriments Famille de nutriments ne fournissant pas d’énergie, mais nécessaires en petite quantité au bon fonctionnement de l’organisme d’un aliment interagissent avec les pesticides Pesticides Produits phytopharmaceutiques utilisés pour la prévention, le contrôle ou l’élimination d’organismes vivants nuisibles pour les végétaux ou pour la conservation des produits végétaux. , et on peut supposer qu’il existe une compétition entre les composés bénéfiques et toxiques. Enfin, les mécanismes d’action des toxiques sont encore mal connus.

La troisième conférence plénière traite du problème de la double charge nutritionnelle des pays en développement avec des populations qui subissent une coexistence de malnutrition Malnutrition Apport non équilibré de nutriments dans l’alimentation. , c’est-à-dire une dénutrition Dénutrition État pathologique consécutif à un processus de désassimilation d’intensité supérieure à celle du processus d’assimilation. , et une « sur-nutrition ». Il existe une prévalence de l’obésité chez les femmes, alors que l’anémie est encore très présente, particulièrement en Amérique latine. On retrouve ce phénomène chez les enfants aussi. Cette double charge nutritionnelle existe au niveau des ménages « mère-enfant » (enfant maigre avec un retard de croissance et mère obèse) et plus récemment au niveau des individus (l’adiposité de la femme prédit une absorption plus faible du fer). Ce phénomène va en s’amplifiant (avec la Chine en tête) et les solutions consisteraient à agir le plus tôt possible, dès la conception des enfants. L’amélioration de la qualité des régimes pose plus globalement le problème de l’alimentation des pays du Sud.

Enfin, un troisième symposium de la SFN fait le point sur les déterminants précoces des choix alimentaires en présentant plusieurs études chez les nouveau-nés où les stimuli olfactifs et gustatifs précoces influenceraient la diversification et les préférences alimentaires ultérieures.

Les industriels étaient largement représentés lors de ces journées. L’organisation de symposiums satellites et un large espace d’exposition ont permis des échanges fructueux entre les personnels soignants, les chercheurs et l’industrie.

De très nombreux posters ont également permis de présenter des recherches en cours. Ces journées se sont clôturées par la remise de prix récompensant différents sujets de recherche.


N.B. Ce compte rendu ne fait pas état de la totalité des conférences présentées. Certains symposiums, forums de recherches et sessions de communications orales étaient organisés simultanément.


Dans la même rubrique :