Des tests génétiques pour contrôler l’origine de la viande de bœuf

Publié le 17 mai 2011, par Françoise Tisserand

Des chercheurs japonais de l’université de Kobé ont développé des tests ADN permettant de différencier la viande issue de bœufs japonais et d’animaux d’importation.

L’étiquetage correct de l’origine ou de la race de l’animal est nécessaire pour garantir la qualité et la sécurité de la viande bovine.

Les qualités gustatives de la viande de certaines races de bœufs japonais ou wagyu sont mondialement reconnues. Du bœuf importé des États-Unis et d’Australie, beaucoup moins onéreux mais de qualité moindre, est par ailleurs distribué en grande quantité sur le marché japonais et représente plus de 50% de la viande de bœuf consommée au Japon.

JPEG - 54.7 ko
Wagyu
Source : Wikimedia Commons.

Suite à la crise de la vache folle et à la découverte de ventes frauduleuses de viande importée, étiquetée bœuf japonais, la traçabilité de la viande bovine est devenue indispensable pour assurer la sécurité sanitaire et répondre aux inquiétudes des consommateurs.

Des systèmes de traçabilité de l’animal, de la naissance à la mise sur le marché, ont été mis en place dans la plupart des pays. Ils contribuent à garantir la qualité et la sécurité de la viande. Les analyses génétiques peuvent améliorer ces systèmes.
Plusieurs études rapportent que des marqueurs génétiques, les SNP SNP Différence génétique entre individus d’une même population correspondant à la variation d’une seule base dans une séquence nucléotidique déterminée. (Single nucleotide polymorphism ou polymorphisme mononucléotide) , basés sur le polymorphisme Polymorphisme En génétique, variations de la séquence nucléotidique de l’ADN d’un gène dans une population de l’ADN, peuvent être utilisés pour authentifier la race et l’origine de l’animal.

Une équipe de recherche japonaise travaille depuis plusieurs années sur l’identification génétique de la viande de bœuf et a trouvé plusieurs marqueurs spécifiques des bœufs américains et australiens. Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont sélectionné 11 marqueurs permettant l’identification, avec une probabilité supérieure à 96%, du bœuf importé des États-Unis et d’Australie.

Ces tests ADN devraient contribuer à contrôler l’origine et à réduire l’étiquetage incorrect ou frauduleux de la viande.

Source

  • SASAZAKI, Shinji, HOSOKAWA, Daisuke, ISHIHARA, Rie, et al. Development of discrimination markers between Japanese domestic and imported beef. Animal Science Journal, 2011, vol.82, n°1, p.67-72.

Dans la même rubrique :