Recommandations nutritionnelles et cancer

Publié le 16 juin 2011, par Viviane Haguenauer

Un rapport de l’Anses Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail vient d’être publié sur les liens entre nutrition et cancer.

Les cancers sont en augmentation constante et représentent un problème de santé publique majeur. Face à la multiplication des recommandations, régimes alimentaires, conseils, parfois contradictoires, l’Anses Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a réalisé une expertise collective pluridisciplinaire sur ce sujet pendant quatre ans.

Ce rapport met en évidence le fait qu’il n’existe pas d’aliments ou de nutriments « anticancer ». En effet, il ne suffit pas de consommer un aliment, un nutriment ou un complément alimentaire particulier pour prévenir l’apparition d’un cancer. Il s’agit plutôt de réduire les excès et les déficits en aliments et nutriments et d’adopter une alimentation équilibrée et variée adaptée aux dépenses énergétiques, permettant d’atteindre les apports nutritionnels conseillés Apports nutritionnels conseillés Valeurs de référence moyennes établies par nutriment et catégorie de population afin de permettre la couverture des besoins nutritionnels moyens. .

Ce travail collectif expose les éléments entrant en jeu dans la relation nutrition-cancer et rappelle que les cancers sont des maladies complexes qui résultent de l’interaction de facteurs génétiques, comportementaux et environnementaux (dont l’alimentation). Il détaille la complexité de l’intervention des facteurs nutritionnels impliqués dans la cancérogénèse et leurs modes d’action directs ou indirects.

Les travaux des experts mettent en évidence huit facteurs nutritionnels avérés ayant un effet sur les risques de cancer. Les boissons alcoolisées et les aliments à forte densité énergétique Densité énergétique La densité énergétique est la quantité d’énergie apportée par unité de poids (kJ/g ou kcal/g). , qui favorisent le surpoids et l’obésité, doivent être limités. De même, la consommation de viandes rouges et de charcuterie, de sel et d’aliments salés doit être réduite, ainsi que les compléments alimentaires Compléments alimentaires Produits ingérés en complément de l’alimentation courante pour pallier l’insuffisance des apports journaliers à base de β-carotène (pour les fumeurs). Par contre il est recommandé de manger des fruits et des légumes et de pratiquer une activité physique régulière. Enfin l’allaitement exclusif des enfants jusqu’à 6 mois est conseillé.

Le rapport conforte pour une large part les recommandations actuelles existantes et avance des arguments pour légitimer la prévention nutritionnelle des cancers dans une politique globale de santé publique. Il émet également des propositions pour la recherche.


Source


Dans la même rubrique :