Exposition alimentaire aux substances chimiques

Publié le 22 juillet 2011, par Viviane Haguenauer

L’Anses Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail vient de publier une deuxième étude sur l’alimentation totale (EAT2).

Les Études de l’alimentation totale (EAT) ont pour objectif de surveiller l’exposition de la population française à des substances chimiques présentes dans les aliments et d’évaluer le risque à long terme sur la santé.
Ces études sont très importantes pour la prise de décision en matière de réglementation des substances chimiques, de sécurité des produits alimentaires et de protection des consommateurs.

La première étude (EAT1), réalisée entre 2001 et 2005, avait déjà permis de dresser un bilan de l’exposition des adultes et des enfants à 30 substances problématiques. La deuxième, commencée en 2006, porte sur 20 000 produits alimentaires représentant 212 types d’aliments, pour lesquels 445 substances chimiques sont recherchées.

Les Études de l’alimentation totale sont réalisée à l’échelle nationale, suivant une méthodologie standardisée et recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS OMS Organisation mondiale de la santé ). Les aliments consommés régulièrement par la population sont prélevés dans différents points de vente. Puis ils sont préparés tels qu’ils seront consommés et analysés pour rechercher un certain nombre de toxiques et nutriments, regroupés en plusieurs familles : contaminants inorganiques ou éléments traces, minéraux, dioxines et furanes, PCB, composés perfluorés, retardateurs de flamme bromés, mycotoxines Mycotoxines Contaminants naturels de nombreuses denrées d’origine végétale, produits par certaines moisissures (ou champignons) sur les plantes au champ ou au cours du stockage. , phytoestrogènes Phytoestrogènes Hormones d’origine végétale dont la structure moléculaire est proche de celle de l’oestradiol. , substances actives phytosanitaires, substances néoformées. Ces études permettent de mesurer les quantités moyennes de substances chimiques ingérées au sein de différents sous-groupes (âge, région...) de la population générale.

Les résultats de l’EAT2 sont positifs dans leur ensemble et confirment une bonne maîtrise des risques sanitaires associés à la présence potentielle de contaminants chimiques dans les aliments. Ces résultats sont basés sur les seuils réglementaires et valeurs toxicologiques de référence Valeurs toxicologiques de référence Valeurs permettant d’établir une relation entre une exposition à une substance chimique et un effet sanitaire chez l’homme. disponibles.

Cependant, le risque de dépassement des seuils toxicologiques pour certaines substances ne peut être exclu et est souvent associé à une forte consommation d’un aliment ou groupe d’aliments. C’est le cas pour le plomb, le cadmium, l’arsenic inorganique et l’acrylamide.

L’Anses Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail recommande donc d’avoir une alimentation équilibrée et variée afin d’assurer une meilleure prévention contre le risque de contamination chimique des aliments.

Des recherches scientifiques complémentaires seront nécessaires pour développer et améliorer les méthodes d’analyse et définir des seuils toxicologiques de référence pour des substances présentes dans l’alimentation et pas encore réglementées.


Sources


Dans la même rubrique :