Réguler son appétit en mangeant du chewing-gum

Publié le 26 août 2011, par Viviane Haguenauer

La consommation de chewing-gum sucré permettrait de réduire l’appétit et la prise alimentaire qui en résulte, chez des personnes mangeant modérément.

La stimulation orosensorielle joue un rôle important dans le développement de la satiété. Provoquer cette stimulation avec peu de calories permet de modérer l’envie de manger des aliments riches en énergie et de satisfaire l’appétit.

JPEG - 12.7 ko
Chewing-gum
Crédit photo : korny.brot. Certains droits réservés : licence Creative Commons

Dans ce contexte, le chewing-gum a été identifié comme un subterfuge possible pouvant jouer un rôle dans le contrôle du poids. La gomme, qui provoque une stimulation orosensorielle en raison de son goût, sa texture et son odeur, est faiblement énergétique (5 à 10 kcal par chewing gum) et augmente la dépense énergétique de 11 kcal/h.

Face à un aliment appétissant, le cerveau libère des hormones telles que l’insuline et provoque la salivation pour l’anticipation de la digestion. Mâcher un chewing-gum sucré provoque le même processus.

Parmi les 60 personnes âgées de 18 à 55 ans qui participent à cette étude, 32 ont un poids normal, 16 sont en surpoids et 12 sont obèses. Tous sont des consommateurs modérés, définis comme veillant à restreindre leur consommation alimentaire, afin de perdre du poids ou de maintenir un poids d’équilibre. Ils évitent de grignoter entre les repas.

Le repas de midi est pris au laboratoire et immédiatement après, ils évaluent leur faim, leur appétit, leur envie de manger une collation sucrée ou salée très énergétique, qui leur sera proposée trois heures plus tard. Lorsqu’une partie des participants mâchent du chewing-gum pendant 15 min toutes les 45 min, les chercheurs observent une faible, mais significative, réduction de la collation. Le poids de la collation ingérée est réduit de 10 % par rapport au groupe qui n’a pas pris de chewing-gum.

Les mécanismes mis en jeu pour étayer ces observations restent inconnus. Une explication possible serait que l’effort de mastication et la stimulation orosensorielle associée au chewing-gum imitent l’action de manger sans qu’il y ait ingestion d’aliments.

Rappelons que les caractéristiques sensorielles d’un aliment (apparence, texture, goût, odeur) contribuent au processus de satiété en l’absence de contenu énergétique significatif. Le temps de mastication de l’aliment dans la cavité buccale augmente la satiété et baisse globalement la consommation d’aliments. Ainsi, l’aliment (dont la gomme) qui requiert un effort pour être broyé et qui a un goût, une texture et un arôme plaisant, peut provoquer la satiété.

Globalement le chewing-gum réduit l’évaluation subjective de la faim et l’envie de grignoter des aliments sucrés ou salés appétissants. Il favorise la satiété et met de bonne humeur !

Les personnes qui limitent régulièrement leur consommation alimentaire pour gérer leur poids et qui recherchent une aide pour réguler leur appétit peuvent tirer bénéfice de la consommation du chewing-gum.

Toutefois il s’agit ici d’une expérience en laboratoire et il serait utile d’évaluer l’effet à long terme du chewing-gum, et de ses différentes saveurs, dans un programme de perte de poids.


Source

  • HETHERINGTON, M.M, REGAN, M.F, Effects of chewing gum on short-term appetite regulation in moderately restrained eaters. Appetite, 2011, Vol.57, n°2, p.475-482.

Dans la même rubrique :