Les boissons énergisantes : quels effets sur la santé ?

Publié le 21 octobre 2011, par Viviane Haguenauer

Les boissons énergisantes ou boissons « dites énergétiques » contiennent de la caféine, de la taurine Taurine Acide aminé , des vitamines, des extraits de plantes, du sucre ou des édulcorants et ont pour but d’améliorer les performances, la concentration et de « donner de l’énergie ».

Des chercheurs américains ont réalisé une synthèse bibliographique de la littérature internationale afin de faire le point sur les effets sur la santé de ces nouveaux produits.

JPEG - 84.8 ko
Boisson énergisante
Crédit photo : Jayjay402. Certains droits réservés : licence Creative Commons

Le marché de ces boissons est en pleine expansion, en particulier aux Etats-Unis où 30 à 50 % des enfants, adolescents et jeunes adultes les consomment régulièrement.
Les stratégies marketing qui incluent les évènements sportifs, le sponsoring des athlètes, la promotion d’une alternative à l’alcool et qui insèrent ce produit dans les médias (jeux vidéo, réseaux sociaux…) rendent ces produits populaires et incitent ainsi les jeunes à les consommer.

Mais ces boissons peuvent entraîner des effets secondaires, en particulier chez des jeunes souffrant d’épilepsie, de diabète, de troubles du comportement et de l’humeur et d’anomalies cardiaques. Des interactions avec certains médicaments augmentent également les risques.

La quantité de caféine peut être jusqu’à 5 fois supérieure à celle contenue dans les sodas à base de cola et elle peut être encore augmentée grâce à l’ajout de composés tel que le guarana, la noix de cola, le maté et le cacao. Le guarana (Paullinia cupana) contient de la caféine très active du fait de l’interaction avec les autres composés de la plante, ainsi que de la théobromine Théobromine Alcaloïde proche de la caféine qui constitue le principe actif du chocolat et du cacao. et de la théophylline Théophylline Alcaloïde proche de la caféine qui constitue le principe actif du thé. qui agissent sur le rythme cardiaque.
La caféine, substance psychoactive la plus communément utilisée dans le monde, devient ainsi largement disponible pour les enfants, car vendue comme aliment et boisson.

Face à ce constat plusieurs pays ont été amenés à interdir la vente et la publicité de ces boissons. Alors qu’aux Etats-Unis, la Food and Drug Administration (FDA FDA Food and Drug Administration. ) limite la teneur en caféine des sodas considérés comme des aliments, il n’existe pas de réglementation équivalente pour les boissons énergisantes qui sont classées comme des compléments alimentaires Compléments alimentaires Produits ingérés en complément de l’alimentation courante pour pallier l’insuffisance des apports journaliers .
Malgré une croissance rapide du marché et une popularité croissante chez les jeunes, les études sur ce type de boissons restent assez dispersées.

Cette revue conclut que les boissons énergisantes n’ont pas d’intérêt thérapeutique. Les effets pharmacologiques, connus et inconnus, des différents ingrédients, ainsi que des rapports toxicologiques, suggèrent que ces produits peuvent avoir de graves effets secondaires sur la santé des jeunes.

A court terme, les professionnels de santé doivent alerter les familles et mettre en garde les enfants, les adolescents et les jeunes adultes sur les conséquences dangereuses et l’utilisation inappropriée de ces boissons.
A long terme, les objectifs des recherches doivent être de mieux définir les doses dangereuses, les effets de l’usage chronique de ces boissons et les effets sur les populations à risques, ainsi que de mieux documenter et dépister les effets secondaires. Une réglementation comme pour le tabac, l’alcool et les prescriptions médicales est recommandée.

Une « boisson énergétique » est une boisson de l’effort spécifiquement formulée pour fournir de l’énergie dans le cadre d’une dépense musculaire intense.

Une « boisson énergisante » est un terme marketing - qui n’a pas de réalité réglementaire - relatif aux boissons sensées « mobiliser l’énergie » en stimulant le système nerveux.

(source : Anses Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail )


Source

  • SEIFERT, S. M., SCHAECHTER, J. L., HERSHORIN, E., R. et al.. Health effects of energy drinks on children, adolescents, and young adults. Pediatrics, 2011, vol 127, n°3, p.511-528.

Dans la même rubrique :