La conquête arabe et les cucurbitacées

Publié le 26 octobre 2011, par Caroline Riberaigua

Selon le chercheur canadien Andrew M. Watson, la conquête arabe corollaire à l’islamisation du Levant Levant Côte méditerranéenne de l’Asie comprenant une partie de la Syrie, le Liban, Israël et Chypre. , au cours du Moyen Age, aurait été le vecteur de diffusion de nombreuses nouvelles cultures de céréales, de légumes et de fruits, notamment en provenance d’Inde et de la Chine, et donc d’une diversification de l’alimentation.

Zohar Amar et Efraim Lev, respectivement professeurs des universités de Ramat Gan et de Haifa, en Israël, ont validé cette thèse en examinant avec précision le cas des cucurbitacées. Afin de reconstituer l’évolution de la culture de ces légumes au Proche-Orient, les chercheurs s’appuient sur plusieurs éléments :

En ce qui concerne les melons, et surtout les pastèques, les travaux des deux chercheurs israéliens nuancent fortement les travaux de Watson. En effet, selon ce dernier, la pastèque serait une des cultures apportées par les Arabes au cours de leur conquête. Pourtant, un légume similaire est mentionné dans la Bible, parmi ceux que les Hébreux auraient consommé en Égypte et qu’ils se lamentent d’avoir perdus pendant l’Exode. Si Watson identifie ce légume à la coloquinte, cette attribution ne résiste pas à un examen plus approfondi. Tout d’abord, la coloquinte a un fruit amer et à forte dose peut même être toxique ce qu’exclut une consommation en grande quantité telle que celle regrettée par les Hébreux. D’autre part, les recherches archéobotaniques ont permis d’identifier la présence de pastèques en Égypte dès le deuxième millénaire avant notre ère. Il en est de même pour le melon.

Pourtant, Watson n’a pas tout à fait tort sur un point : si les pastèques et les melons existaient déjà au Levant Levant Côte méditerranéenne de l’Asie comprenant une partie de la Syrie, le Liban, Israël et Chypre. avant la conquête arabe, seules certaines variétés étaient cultivées. Or d’après les traités agricoles arabes, il semble bien qu’une nouvelle variété de pastèque, plus « goûteuse », sucrée, telle que celle que nous consommons aujourd’hui, ait été introduite a posteriori.

Il est en revanche une catégorie de légumes aujourd’hui inhérente au régime méditerranéen, mais qui était inconnu au Levant Levant Côte méditerranéenne de l’Asie comprenant une partie de la Syrie, le Liban, Israël et Chypre. avant la conquête arabe : le concombre. Originaire d’Inde, on n’en trouve en effet aucune mention dans les sources ni aucune trace archéologique avant la conquête musulmane. Le concombre aurait été ensuite diffusé en Perse puis au Levant Levant Côte méditerranéenne de l’Asie comprenant une partie de la Syrie, le Liban, Israël et Chypre. .

Si la thèse de Watson est à nuancer, elle n’en est pas moins vérifiée. Pastèque douce et concombre sont en effet les témoins des cultures qui, comme l’orange amère ou le citron, vont être diffusées depuis l’Asie du Sud et l’Extrême-Orient vers le Levant Levant Côte méditerranéenne de l’Asie comprenant une partie de la Syrie, le Liban, Israël et Chypre. au gré de la conquête musulmane, avant de progressivement gagner l’Europe.


Sources

  • AMAR, Z., LEV, E. Watermelon, Chate Melon and Cucumber : New Light on Traditional and Innovative Field Crops of the Middle Ages. Journal Asiatique, 2011, vol 299, n°1, p.193-204.
  • WATSON, A.M. Agricultural Innovation in the Early Islamic World, London- New York, 1984.

Dans la même rubrique :