• Accueil
  • Nutrition
  • Compte rendu du colloque « Bilan PNRA- Programme national de recherche en alimentation ».

Compte rendu du colloque « Bilan PNRA- Programme national de recherche en alimentation ».

Publié le 10 novembre 2011, par Viviane Haguenauer

Le colloque s’est déroulé à Paris du 25 au 27 octobre 2011.

Le programme PNRA a pour objectif de financer des projets de recherche soutenant l’innovation dans les industries alimentaires et permettant l’acquisition de connaissances sur les aliments, la chaîne alimentaire, le consommateur et les liens entre alimentation et santé. Ces projets de recherche sont collaboratifs et interdisciplinaires (établissements de recherche publics et privés, industries). Au cours de ce colloque ont été présentés les résultats des projets de recherche lancés en 2005, 2006 et 2007 qui se sont terminés en 2010 et 2011.

Le programme ALIA (Alimentation, industries alimentaires), qui fait suite au PNRA, a été présenté sous forme de posters. Trois appels à projets ont été lancés en 2008, 2009 et 2010. Ils ont pour but d’orienter les recherches vers une alimentation adaptée aux besoins de populations spécifiques afin d’améliorer leur qualité de vie Qualité de vie La mesure de la qualité de vie dans le domaine de la santé permet de quantifier l’impact des maladies ou des interventions médicales sur le vécu des patients, du point de vue subjectif des intéressés eux-mêmes. .

Deux tables rondes ont été également organisées sur le programme ALIA, une sur la sécurité sanitaire des aliments Sécurité sanitaire des aliments A pour objet l’hygiène et l’innocuité des aliments par la règlementation et le contrôle des filières agroalimentaires (contaminants toxiques, agents pathogènes...). et l’autre sur les procédés. Elles ont permis d’introduire les orientations du nouveau programme ALID (Systèmes alimentaires durables).

Lors de ces trois journées, les différents projets ont été regroupés selon les sessions suivantes : nutrition, comportement du consommateur, sécurité sanitaire des aliments Sécurité sanitaire des aliments A pour objet l’hygiène et l’innocuité des aliments par la règlementation et le contrôle des filières agroalimentaires (contaminants toxiques, agents pathogènes...). , microbiologie, procédés et qualité des aliments. En voici quelques exemples.

Nutrition :

Le projet SENSINMOUTH, coordonné par le Centre des sciences du goût et de l’Alimentation de Dijon, a pour objectif de comprendre et modéliser la dynamique de libération de composés d’arômes à l’origine des stimuli sensoriels lors de la mastication d’un aliment (fromage) chez l’homme. Il s’agit d’une approche pluridisciplinaire qui met en oeuvre des compétences en odontologie, physiologie, évaluation sensorielle, chimie et physico-chimie, rhéologie, tribologie et génie des procédés.

Le projet POLYOXRESIST a montré les effets des polyphénols de raisin rouge sur la cascade d’évènements qui conduit de la suralimentation au stress oxydant et à l’insulinorésistance Insulinorésistance Manque de sensibilité de l’organisme à l’action de l’insuline, ce qui provoque une hyperglycémie et une hyperinsulinémie par réaction. chez l’homme sain à risque métabolique.

Le projet ALIMINTEST a pour but de montrer les effets de régimes alimentaires contrôlés sur la dynamique structurale et fonctionnelle du microbiote intestinal humain, à l’aide de technologies de biologie moléculaire. Les résultats de ce projet permettront la construction d’un modèle prédictif de l’évolution de la microflore intestinale humaine en fonction du régime alimentaire.

Comportement du consommateur :

Le projet ALIMADOS est une étude qualitative des comportements alimentaires des adolescents de 12 à 19 ans en fonction de leur origine culturelle. Les représentations du corps chez ces adolescents et le lien qu’ils font entre corps, santé et alimentation ont été analysées en parallèle. Ce programme apporte des connaissances sur les cultures alimentaires (comprendre la place de l’alimentation, les enjeux, les savoirs, les apprentissages, et les comportements alimentaires dans différentes populations adolescentes).

Sécurité sanitaire des aliments Sécurité sanitaire des aliments A pour objet l’hygiène et l’innocuité des aliments par la règlementation et le contrôle des filières agroalimentaires (contaminants toxiques, agents pathogènes...).  :

Le projet GRAMME montre les bénéfices et risques associés aux bactéries à Gram négatif au sein des communautés microbiennes des fromages en rapport avec la qualité sensorielle et sanitaire (maîtrise des pathogènes).

Microbiologie :

Le projet MEMOSPORE a pour objectif d’étudier la variabilité des propriétés des endospores bactériennes et les conséquences sur leur survie et leur croissance dans la chaîne alimentaire. Grâce à une approche de microbiologie prévisionnelle, on peut déterminer l’origine de cette variabilité de formation des spores (sporulation) induite par l’environnement et améliorer l’efficacité antimicrobienne des procédés de transformation.

Procédés et qualité des aliments :

Le projet LIPIVIMUS étudie l’impact des lipides sur les qualités nutritionnelles et sensorielles des viandes bovines et porcines. Il a analysé les impacts des facteurs d’élevage liés à l’animal en interaction avec son alimentation (suppléments en graines de lin et en antioxydants Antioxydants Molécule qui empêche l’oxydation des substances biochimiques (ADN, protéines, lipides, etc.) évitant ainsi la production de radicaux libres, toxiques pour l’organisme. ) sur le métabolisme lipidique musculaire et adipeux et les conséquences sur la valeur nutritionnelle de la viande à l’abattage. Les facteurs technologiques (maturation, conditionnement) et les conditions de cuisson ont également été étudiés. Ainsi, des stratégies innovantes émergent et permettent de garantir la production et la commercialisation de viandes bovines et porcines de meilleure qualité nutritionnelle et sensorielle.

Plusieurs posters exposant des projets du programme ALIA ont complété les présentations du programme PNRA. Parmi eux :

Le projet MIRABEL, programme de recherche fondamentale et multidisciplinaire faisant intervenir les sciences analytiques, la physiologie des comportements alimentaires, la recherche médicale, la socio-économie, ainsi que les mathématiques et statistiques appliquées propose une approche intégrée pour l’évaluation du risque et des coûts/bénéfices liés aux allergènes Allergènes Substances susceptibles de déclencher une réaction allergique. alimentaires avec pour finalité d’améliorer la qualité de vie Qualité de vie La mesure de la qualité de vie dans le domaine de la santé permet de quantifier l’impact des maladies ou des interventions médicales sur le vécu des patients, du point de vue subjectif des intéressés eux-mêmes. des personnes allergiques.

Le projet SECURIVIANDE propose des stratégies préventives de la cancérogenèse colorectale dans le secteur de la production et de la transformation des viandes.

Le projet WHEAFI évalue les propriétés anti-inflammatoires de différentes sources de fibres alimentaires du grain de blé.

Les différents projets présentés au cours de ce colloque montrent des exemples de partenariats réussis entre des équipes, issues de différents organismes de recherche publique, et des industriels. L’intérêt de ces consortium réside dans leur complémentarité et leur interdisciplinarité. Ces recherches font avancer les connaissances sur l’alimentation et soutiennent l’innovation dans l’industrie alimentaire.


Source


Dans la même rubrique :