C’est bon pour le moral... avec modération !

Publié le 3 juin 2009, par Véronique Jeannon

Alors que la consommation d’alcool excessive est généralement associée à une morbidité Morbidité Nombre d’individus malades ou de cas de maladies enregistrées dans une population pendant une période donnée et une mortalité accrue, une étude californienne tend à montrer qu’une consommation modérée d’alcool améliore la sensation de bien-être chez les personnes âgées.

Les participants à cette étude sont des femmes et des hommes, interrogés sur leur consommation de boissons alcoolisées et la perception de leur qualité de vie Qualité de vie La mesure de la qualité de vie dans le domaine de la santé permet de quantifier l’impact des maladies ou des interventions médicales sur le vécu des patients, du point de vue subjectif des intéressés eux-mêmes. . Des questionnaires spécifiques couramment utilisés en médecine sont employés pour évaluer le bien-être des personnes et leur humeur. Quatre groupes sont formés selon la consommation d’alcool hebdomadaire :

  • Les non-buveurs ;
  • Les buveurs occasionnels consommant de l’alcool moins de trois fois par semaine ;
  • Les buveurs réguliers légers consommant de l’alcool plus de trois fois par semaine et ne dépassant pas 170 g ;
  • Les buveurs réguliers modérés consommant de l’alcool plus de trois fois et dépassant 170 g par semaine.

Les buveurs excessifs repérés par le questionnaire CAGE-DETA Questionnaire CAGE-DETA Le questionnaire CAGE (Cut off, Annoyed, Guilty, Eye-opener) est un outil clinique utilisé dans les pays occidentaux pour détecter les troubles liés à la consommation d’alcool, dépendance ou abus. (Source INSERM) sont éliminés de l’étude.

La fréquence et la quantité d’alcool consommée sont positivement associées à une meilleure perception du bien-être ressenti, chez les femmes comme chez les hommes, par rapport aux abstinents. Ces résultats, obtenus chez des personnes âgées, confirment des études antérieures faites chez de jeunes adultes.

Les auteurs précisent que cette étude ne préconise pas la consommation irresponsable et dangereuse d’alcool et rappellent que les résultats s’appuient bien sur une consommation modérée.

Il faut bien sûr rappeler que la consommation de boissons alcoolisées est associée à un risque accru de plusieurs cancers (bouche, pharynx, larynx, oesophage, colon-rectum, foie et sein) et que l’Institut national du cancer déconseille la consommation d’alcool, même modérée : (voir l’article :Nutrition et prévention des cancers : des connaissances scientifiques aux recommandations).



Source

  • CHANA, Amanda M., VON MUHLEN, Denise, KRITZ-SILVERSTEIN, Donna et al. Regular alcohol consumption is associated with increasing quality of life and mood in older men and women : The Rancho Bernardo Study. Maturitas, 2009, vol. 62, n° 3, p. 294-300.

Dans la même rubrique :