La lutte biologique, une alternative prometteuse aux fongicides

Publié le 1er septembre 2009, par Françoise Tisserand

L’utilisation répandue des pesticides Pesticides Produits phytopharmaceutiques utilisés pour la prévention, le contrôle ou l’élimination d’organismes vivants nuisibles pour les végétaux ou pour la conservation des produits végétaux. en agriculture suscite des inquiétudes croissantes quant à leur impact sur la santé et l’environnement. Des recherches visent à trouver des solutions alternatives pour remplacer les traitements chimiques.

La brûlure de l’épi est la plus importante maladie du blé et est responsable de pertes considérables. Elle est causée par le champignon Fusarium graminearum.

JPEG - 190.7 ko
Champ de blé
Crédit photo : Eric Delcroix. Certains droits réservés : licence Creative Commons

L’infection du blé par cet agent pathogène entraine une réduction en quantité et en qualité des grains, ainsi qu’une contamination du grain par le déoxynivalénol, une mycotoxine nuisible pour le bétail et pour la santé humaine.

Des chercheurs canadiens ont isolé et sélectionné des microorganismes (issus du secteur agroalimentaire et du sol) sur la base de leur action fongicide contre Fusarium graminearum et de leur capacité à réduire la production de déoxynivalénol par le champignon. Leur utilisation potentielle comme agent de lutte biologique Lutte biologique Utilisation d’organismes vivants (bactéries, champignons, animaux, végétaux...) ou de leurs produits (toxines, extraits de plantes) pour limiter les pertes ou dommages causés par des organismes nuisibles. contre la maladie a été évaluée en serre. Deux souches de la bactérie Paenibacillus polymyxa particulièrement performantes, ont ainsi été sélectionnées. Les résultats obtenus sont encourageants et doivent maintenant être confirmés par des essais en champ.

La gestion actuelle de cette maladie repose sur l’usage de fongicides pour maintenir la productivité et la qualité des grains. D’autres méthodes, comme l’amélioration des pratiques agricoles, notamment la rotation des cultures, ainsi que les programmes d’amélioration génétique visant à sélectionner un blé résistant, n’ont pas permis de gérer de façon satisfaisante la brûlure de l’épi.
La lutte biologique Lutte biologique Utilisation d’organismes vivants (bactéries, champignons, animaux, végétaux...) ou de leurs produits (toxines, extraits de plantes) pour limiter les pertes ou dommages causés par des organismes nuisibles. , utilisant des microorganismes antagonistes contre les pathogènes, représente donc une alternative prometteuse aux fongicides. Elle pourrait permettre de contrôler la maladie et de réduire la contamination du grain par les mycotoxines Mycotoxines Contaminants naturels de nombreuses denrées d’origine végétale, produits par certaines moisissures (ou champignons) sur les plantes au champ ou au cours du stockage. , en particulier dans les cas où le pathogène est résistant aux fongicides.



Source


Dans la même rubrique :