• Accueil
  • Nutrition
  • Augmenter sa consommation de fibres alimentaires peut-il limiter la prise de poids ?

Augmenter sa consommation de fibres alimentaires peut-il limiter la prise de poids ?

Publié le 10 juillet 2009, par Viviane Haguenauer

La prévalence de la surcharge corporelle et de l’obésité continue d’augmenter aux Etats-Unis et face à ce constat, des chercheurs américains ont mené une étude pour déterminer l’influence de la consommation de fibres alimentaires sur le risque de prise de poids et de graisse corporelle pendant une période donnée. Leur deuxième objectif était d’examiner l’influence de l’âge, de la consommation énergétique, de l’activité physique et de la saison sur la relation fibres-poids corporel.

JPEG - 28.2 ko
Sources de fibres alimentaires
Crédit photo : Le boisé Desbois. Certains droits réservés : Licence Creative Commons

Des études précédentes se sont intéressées à la consommation de fibres comme facteur diététique inversement lié à la prise de poids, mais l’activité physique a rarement été prise en compte alors que celle-ci compte pour une grande part dans l’équation de l’équilibre énergétique. De plus, le rôle des fibres dans les variations de la graisse corporelle n’a pas été exploré à fond.

Un échantillon de 252 femmes, âgées de 40 ans en moyenne et d’un poids corporel moyen de 66 kg, a été étudié pendant 20 mois. La consommation énergétique, de matières grasses, de fibres alimentaires, le poids corporel, le pourcentage de masse graisseuse corporelle, l’activité physique, la saison, l’âge et l’intervalle entre les estimations sont mesurés.
L’étude montre qu’une augmentation quotidienne de 8 g de fibres totales pour 1000 kcal, par rapport à la consommation alimentaire de référence de ces femmes, est une valeur prédictive d’une perte de poids de 2 kg en 20 mois.
La relation entre la variation dans la consommation de fibres totales et le changement dans le poids corporel sont indépendants de plusieurs facteurs. L’âge n’a pas d’influence sur cette relation, ni la saison ou l’intervalle entre les mesures. Le niveau d’activité de base, que les participants soient actifs ou sédentaires, et la consommation énergétique de référence, n’influencent pas la relation fibres-gain de poids. Les changements dans l’activité physique et dans la consommation de matières grasses sur 20 mois n’influence pas non plus cette relation.

L’analyse révèle que les femmes qui diminuent leur consommation de fibres dans les 2 ans qui suivent l’étude ont un plus grand risque de prise de poids que leurs homologues.
L’inverse est aussi vrai. Les femmes qui consomment plus de fibres encore actuellement, en consommant davantage de céréales complètes, de fruits et de légumes, augmentent leur chance de perdre du poids.
Au regard de ces résultats, il faut encourager une plus grande consommation de fibres et promouvoir une gestion plus efficace du poids chez les femmes d’âge moyen.

Il semble correct de conclure que la diminution dans la consommation de fibres augmente le risque de prise de poids chez les femmes. D’où l’intérêt à encourager davantage les participantes à consommer plus de fibres sans augmenter leur consommation énergétique, rendant ainsi plus facile la perte de poids ou du moins le ralentissement de la prise de poids.

La recommandation courante pour la consommation de fibres aux Etats-Unis est de 14 g de fibres alimentaires consommées pour 1000 kcal. Or, la consommation significative aux USA est bien au-dessous du niveau recommandé, ce qui est aussi vrai dans l’échantillon étudié. Un des objectifs majeurs de l’éducation nutritionnelle est de mettre l’accent sur une alimentation riche en fibres.


Source

  • TUCKER, Larry A., THOMAS, Kathryn S. Increasing total fiber intake reduces risk of weight and fat gains in women. The journal of nutrition, 2009, vol.139, p.576-581.

Dans la même rubrique :