• Accueil
  • Nutrition
  • Moins de sel, plus de thé pour réduire les risques d’accident vasculaire cérébral

Moins de sel, plus de thé pour réduire les risques d’accident vasculaire cérébral

Publié le 5 janvier 2010, par Véronique Jeannon

L’accident vasculaire cérébral Accident vasculaire cérébral Lésion anatomique d’un ou plusieurs vaisseaux cérébraux. (AVC) frappe environ 100 000 à 150 000 personnes chaque année en France. C’est la 3e cause de mortalité et la 1re cause de handicap non traumatique. L’alimentation joue-t-elle un rôle dans la prévention de cette maladie ?

Deux études publiées dernièrement établissent un lien significatif entre les aliments et la survenue d’AVC.

L’une, réalisée par une équipe australo-chinoise, publiée en juillet 2009 dans Stroke, établit un lien entre la consommation quotidienne de thé et le risque d’accident vasculaire cérébral Accident vasculaire cérébral Lésion anatomique d’un ou plusieurs vaisseaux cérébraux. ischémique chez des patients âgés en moyenne de 69 ans.
Une diminution du risque d’AVC est observée à partir d’une tasse de thé par semaine et cette diminution devient plus importante pour 1 à 2 tasses par jour. Le risque est également diminué proportionnellement à la quantité de feuilles de thé utilisée et à la durée de consommation, en particulier pour les personnes qui boivent du thé depuis plus de 30 ans.
Ces résultats sont valables pour le thé vert et le thé oolong et sont moins significatifs pour le thé noir.

L’autre étude, publiée par une équipe napolitaine dans le British Medical Journal, est une méta-analyse d’études prospectives. Les auteurs ont exploré les résultats de 13 recherches, publiées de 1966 à 2008, réalisées par 6 pays différents (Etats-Unis, Japon, Finlande, Pays-Bas, Ecosse et Taiwan) et regroupant au total 177 000 participants.
La consommation de sel a été quantifiée chez ces participants et leur état de santé suivi pendant plusieurs années. Dix mille personnes ont eu un problème cardiovasculaire. Les résultats de cette méta-analyse fournissent la preuve d’une association directe entre la consommation de sel alimentaire et le risque d’AVC : une diminution de 5 g par jour de sel dans l’alimentation, réduit de 23% le risque de faire un AVC et de 17% celui de souffrir d’une maladie cardiovasculaire en général.

JPEG - 52.8 ko
Sel
Crédits photo : chris5aw. Certains droits réservés : Licence Creative Commons

Selon l’OMS OMS Organisation mondiale de la santé , 62% des AVC et 49% des maladies cardiaques coronariennes sont attribuables à l’hypertension artérielle. La relation directe entre le niveau de l’apport alimentaire en sel et l’hypertension artérielle a également été prouvée, ce qui pourrait expliquer les résultats de cette étude.
Les auteurs estiment qu’en réduisant la consommation de sel d’une cuillèrée à café (5g) par jour et par personne, on éviterait chaque année 1 250 000 décès par AVC et presque 3 millions de morts par maladie cardiovasculaire à travers le monde.

En savoir plus sur le thé

Le thé est après l’eau, la boisson la plus consommée au monde. D’origine chinoise, il est connu depuis l’antiquité. Le thé est obtenu par infusion des feuilles de théier (Camellia sinensis).
Les différentes sortes de thé ne proviennent pas de variétés différentes mais les feuilles récoltées sont traitées par des procédés différents. Selon la méthode utilisée on obtiendra :

  • Le thé vert pour lequel les feuilles vertes cueillies sont passées dans un générateur de vapeur, où elles sont chauffées très rapidement à haute température, de manière à ce que la fermentation n’ait pas lieu. Elles subissent ensuite le « roulage » qui permet de donner à la feuille son aspect final et de briser les cellules des feuilles de manière à libérer les huiles essentielles qui y sont contenues. Puis les feuilles sont séchées (ou torréfiées).
  • Le thé noir, pour lequel les feuilles sont « flétries » pendant 16 à 24 heures, par évaporation naturelle dans des greniers, puis comme le thé vert, les feuilles sont roulées pendant 30 minutes. Vient ensuite la fermentation (oxydation) dans une pièce chaude et humide. La principale réaction est la transformation des catéchines Catéchines Molécules d’origine végétale, de la famille des polyphénols, aux propriétés antioxydantes. (flavonols), composant principal de la feuille, en théaflavines et théarubigines qui sont responsables du goût et des caractéristiques du thé noir.
  • Le thé oolong qui est moins connu que les thés vert et noir et qui signifie « thé bleu-vert ». Il trouve son origine dans la région chinoise du Fujian. Après flétrissage, il subit une oxydation de courte durée interrompue par un chauffage à 200°C. Le roulage permet ensuite de comprimer les feuilles sans les casser. Très populaire en Chine, il est présenté en feuilles entières, est faible en théine, et son goût rappelle celui de la noisette et de la châtaigne.

Sources

  • LIANG, W., LEE, A.H., BINNS, C.W. et al. Tea Consumption and Ischemic Stroke Risk. A Case–Control Study in Southern China. Stroke, 2009, Vol. 40, p.2480-2485.

Dans la même rubrique :