L’Europe peut-elle assurer son indépendance protéique vis-à-vis du soja importé ?

Publié le 18 juin 2009, par Dominique Vachez

L’autonomie protéique Autonomie protéique Taux d’autosuffisance alimentaire pour les aliments riches en protéines. végétale est actuellement loin d’être assurée en Europe pour les aliments destinés aux animaux d’élevage. On constate en effet que seuls 22 % des besoins sont réalisés localement.

L’élevage intensif est un grand consommateur de céréales et de tourteaux oléagineux Tourteaux oléagineux Coproduits solides de l’industrie des huileries subsistant après le broyage des graines oléagineuses et l’extraction des huiles et servant comme aliment protéique pour le bétail. constitués principalement à partir de soja Soja Glycine max : légumineuse oléoprotéagineuse dont la composition nutritionnelle en matières azotées est l’une des plus riches et des plus complètes. d’importation.

L’Union européenne est le premier importateur mondial de graines et de tourteaux de soja Soja Glycine max : légumineuse oléoprotéagineuse dont la composition nutritionnelle en matières azotées est l’une des plus riches et des plus complètes. . La France se situe au premier rang de ces pays pour les tourteaux en provenance essentiellement du continent américain (Etats-Unis, Brésil, Argentine) avec 4,5 millions de tonnes/an.

JPEG - 24.6 ko
Champ de soja (Brésil, Minas Gerais)
Crédit photo : Thiago-hc. Certains droits réservés : licence Creative Commons

Néanmoins, il existe plusieurs formes de substitution au soja Soja Glycine max : légumineuse oléoprotéagineuse dont la composition nutritionnelle en matières azotées est l’une des plus riches et des plus complètes. qui permettraient de réduire la dépendance protéique de notre continent :

Toutes ces solutions alternatives, qui viendraient en rotation avec les cultures céréalières, semblent bien adaptées aux besoins nutritionnels des bovins et autres ruminants. Les volailles et les porcs s’accommoderaient mieux de leur côté d’un remplacement par le pois protéagineux ou la féverole Féverole Variété de fève fourragère (espèce Vicia faba). . Cela requiert un travail d’amélioration de ces différentes espèces pour le rendement, la qualité nutritive et la résistance aux maladies.

La Politique agricole commune (PAC) et les accords signés à l’OMC OMC Organisation mondiale du commerce ont largement favorisé la production de céréales en Europe, au détriment des oléo-protéagineux, tandis que la consommation de soja Soja Glycine max : légumineuse oléoprotéagineuse dont la composition nutritionnelle en matières azotées est l’une des plus riches et des plus complètes. pour l’alimentation animale en Europe et dans le monde ne cesse d’augmenter.
La culture du soja Soja Glycine max : légumineuse oléoprotéagineuse dont la composition nutritionnelle en matières azotées est l’une des plus riches et des plus complètes. en France est en régression continuelle, à l’exception de l’agriculture biologique (pour l’alimentation humaine directe), l’importation ayant été jugée moins coûteuse au départ que la production locale.

L’abandon des farines animales pour l’alimentation du bétail a accru notre dépendance vis-à-vis du soja Soja Glycine max : légumineuse oléoprotéagineuse dont la composition nutritionnelle en matières azotées est l’une des plus riches et des plus complètes. importé, sans remettre en question le système de production intensif. Outre le fait qu’il existe une prépondérance pour le soja Soja Glycine max : légumineuse oléoprotéagineuse dont la composition nutritionnelle en matières azotées est l’une des plus riches et des plus complètes. OGM OGM Organisme génétiquement modifié sur le continent américain, l’empreinte écologique Empreinte écologique Superficie planétaire équivalente nécessaire pour chaque activité humaine de production ou de consommation de notre mode de consommation se fait sentir en Amérique du Sud, avec des répercussions sur la déforestation en Amazonie et l’exode des petits paysans.

En définitive, la désintensification des méthodes d’élevage et la réduction de notre consommation de viande constitueraient des mesures prioritaires afin de résoudre notre dépendance alimentaire en protéines végétales et ainsi diminuer notre influence sur les agroécosystèmes agroécosystèmes Ecosystèmes modifiés par l’homme à des fins de production agricole ou d’élevage. des pays du Sud et limiter l’impact sur notre propre environnement.



Sources

  • BILLON, Aurélie, NEYROUMANDE, Emmanuelle. Vers plus d’indépendance en soja d’importation pour l’alimentation animale en Europe - cas de la France. Rapport ENESAD / WWF-France, janvier 2009, 49 p.
  • GUEGUEN, Jacques, DUC, Gerard, BOUTIN, Jean-Pierre et al. La filière protéagineuse : quels défis ? Editions Quae, Versailles, 2008, 1 vol., 147 p.

Dans la même rubrique :