Se protéger du soleil en mangeant

Publié le 4 août 2010, par Viviane Haguenauer

Le régime alimentaire méditerranéen pourrait jouer un rôle bénéfique dans la prévention des cancers de la peau. Ceux-ci, liés à une exposition solaire prolongée, sont en augmentation et représentent un problème de santé majeur.

Les cancers de la peau sont largement attribués à l’exposition aux rayons ultraviolets (UV). En faibles quantités, ils sont bénéfiques à la santé, mais lors d’expositions solaires prolongées et répétées, ils peuvent représenter un danger pour la peau mais aussi pour les yeux et le système immunitaire. Les UVA, notamment, provoquent des lésions oxydatives cellulaires au niveau de l’ADN, des lipides et des protéines des tissus exposés.

JPEG - 32.6 ko
Soleil
Crédit photo : jalalspages. Certains droits réservés : licence Creative Commons

Une approche préventive « externe » consiste à porter des vêtements de protection, des crèmes solaires et à réduire l’exposition au soleil, en particulier aux heures les plus chaudes.
De récentes recherches ont étudié les mécanismes d’action oxydatifs impliqués dans les lésions cutanées provoquées par le soleil. Leur atténuation par des composés alimentaires particuliers, caractéristiques du régime alimentaire méditerranéen traditionnel, suggère une approche préventive « interne ».

Mais par quels mécanismes les nutriments peuvent-ils avoir une action protectrice sur la peau ? Celle-ci déploie des défenses antioxydantes lors d’une exposition solaire. La photo-oxydation consomme des nutriments connus pour contrecarrer les changements biochimiques dans la peau et le corps à la suite d’une exposition aux UV. Une large consommation d’antioxydants Antioxydants Molécule qui empêche l’oxydation des substances biochimiques (ADN, protéines, lipides, etc.) évitant ainsi la production de radicaux libres, toxiques pour l’organisme. alimentaires et une réduction des nutriments hautement oxydables et favorisant l’inflammation, permettent de diminuer les effets négatifs des lésions dues au soleil, incluant l’oxydation, la mutagenèse Mutagenèse Procédé qui consiste à introduire une mutation grâce à l’action de traitements physiques ou d’agents chimiques mutagènes dans un organisme vivant. , l’immunosuppression Immunosuppression Suppression des réactions immunitaires. , et la réponse inflammatoire Réponse inflammatoire Réponse de l’organisme à une agression tissulaire. Le but est de cicatriser le tissu blessé, tout en empêchant la progression de l’inflammation. .
Des études expérimentales mettent en évidence une distribution ciblée des anti-oxydants alimentaires dans les tissus exposés au soleil là où ils fournissent une photoprotection « interne » et où ils diminuent les risques de cancer de la peau. Les effets de ces nutriments peuvent être plus puissants lorsqu’ils agissent de façon synergique, laissant supposer ainsi un système alimentaire complet qui serait plus bénéfique qu’une supplémentation avec des nutriments individuels sélectionnés.

Les nutriments concernés sont :

Le régime méditerranéen traditionnel contient beaucoup de ces nutriments riches en antioxydants Antioxydants Molécule qui empêche l’oxydation des substances biochimiques (ADN, protéines, lipides, etc.) évitant ainsi la production de radicaux libres, toxiques pour l’organisme. et efficaces pour fournir une protection interne contre les UV. Il a également de hauts niveaux de folate Folate Nom chimique de la vitamine B9, normalement présente dans l’alimentation et dans l’organisme. , et un profil d’acides gras à action anti-inflammatoire.

Les résultats de cette étude multinationale suggèrent également que les lésions cutanées, dont souffrent les habitants des régions très ensoleillées, sont plus influencées par le régime alimentaire que par l’origine ethnique.
L’adhésion à ces principes alimentaires affecte l’incidence des mélanomes et la survie des populations dans des pays non méditerranéens, tels que les États-Unis et l’Australie. Les bénéfices, aussi bien que les désavantages d’un tel régime, peuvent donc être transférés géographiquement.
Des changements culturels récents dans les populations des régions méditerranéennes ont provoqué des déviations dans les normes alimentaires traditionnelles et beaucoup de pays ont adopté les modèles alimentaires occidentaux avec comme incidence une augmentation des pathologies cardiovasculaires, de cancers et de diabète.

Cette approche de prévention diététique « interne », qui complète les stratégies de protection solaire « externes », nécessite des investigations complémentaires. Les suppléments nutritionnels spécifiques, mais aussi les combinaisons synergiques entre aliments et la meilleure compréhension des régimes alimentaires antioxydants Antioxydants Molécule qui empêche l’oxydation des substances biochimiques (ADN, protéines, lipides, etc.) évitant ainsi la production de radicaux libres, toxiques pour l’organisme. pourront aider à modifier l’équation haute exposition aux UV et développement d’un cancer de la peau, en particulier du mélanome.

Le régime méditerranéen

C’est le régime alimentaire traditionnel dans plusieurs pays autour de la mer Méditerranée, dont la Grèce y compris l’île de Crète et le sud de l’Italie. Ses principales caractéristiques sont les suivantes :

  • consommation de fruits et légumes frais, ail, oignon, fruits secs, épices, aromates, plantes sauvages, céréales complètes et pain complet, en abondance ;
  • consommation quotidienne de légumineuses et de noix ;
  • faible quantité de viande rouge, un peu de poulet et d’œufs, beaucoup de poisson, des crustacés ;
  • fromage frais et yaourts au quotidien, mais très peu de beurre et de lait ;
  • consommation limitée d’aliments sucrés ;
  • lipides ajoutés sous forme quasi exclusive d’huile d’olive ;
  • un verre de vin rouge au cours des repas ;
  • apport calorique raisonnable (1 800 à 2 500 calories par jour).

Source

  • SHAPIRA, N. Nutritional approach to sun protection : a suggested complement to external strategies. Nutrition reviews, 2010, vol. 68, issue 2, p. 75-86.

Dans la même rubrique :