La pectine du kiwi et le bien-être intestinal

Publié le 16 septembre 2010, par Viviane Haguenauer

Des chercheurs de Nouvelle-Zélande se sont intéressés au kiwi en tant qu’aliment fonctionnel pouvant améliorer le bien-être intestinal.

La consommation d’aliments riches en fibres protège l’intestin de nombreuses maladies. Les fibres d’origine végétale sont constituées notamment de polysaccharides Polysaccharides Ensemble de macromolécules glucidiques formées par un grand nombre de sucres élémentaires (oses). et d’oligosaccharides Oligosaccharides Ensemble de macromolécules glucidiques formées par un petit nombre de sucres élémentaires. , substances reconnues comme prébiotiques Prébiotiques Ingrédients alimentaires non digestibles qui exercent une action bénéfique sur la santé en stimulant sélectivement la croissance et/ou l’activité métabolique d’un nombre limité de bactéries de l’intestin. .

JPEG - 155.7 ko
Kiwi
Crédit photo : pizzodisevo. Certains droits réservés : licence Creative Commons

Le kiwi est un fruit riche en polysaccharides Polysaccharides Ensemble de macromolécules glucidiques formées par un grand nombre de sucres élémentaires (oses). tels que les pectines Pectines Mélange de polyosides composés de polymères d’acide galacturonique. Les pectines sont un des constituants de la paroi végétale. et les hémicelluloses Hémicelluloses Constituants des fibres végétales à côté de la cellulose et de la lignine. . Six pectines Pectines Mélange de polyosides composés de polymères d’acide galacturonique. Les pectines sont un des constituants de la paroi végétale. différentes sont obtenues à partir du résidu fibreux du kiwi, Actinidia deliciosa, par différents traitements chimiques.
Les bénéfices potentiels de la pectine de kiwi sur l’intestin sont étudiés, in vitro, sur un modèle de cellules épithéliales intestinales (cellules Caco-2). Les chercheurs ont examiné en particulier l’adhésion des bactéries sur l’épithélium intestinal. Cette pectine est comparée pour l’adhésion bactérienne à des pectines Pectines Mélange de polyosides composés de polymères d’acide galacturonique. Les pectines sont un des constituants de la paroi végétale. commerciales utilisées communément dans l’industrie alimentaire comme prébiotique : la pectine d’agrumes, la gomme de guar et l’inuline. Ce phénomène d’adhésion, première étape dans la colonisation d’un microorganisme dans l’intestin, constitue une mesure de la santé fonctionnelle intestinale.
La pectine la plus efficace dans le kiwi est la pectine monoK, obtenue par re-solubilisation avec du phosphate monopotassique. Elle diminue l’adhésion de bactéries pathogènes comme Salmonella typhimurium. Elle augmente celle de Lactobacillus rhamnosus et Bifidobacterium bifidum, bactéries probiotiques Probiotiques Microorganismes vivants, qui lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, confèrent un bénéfice pour la santé de l’hôte. (Définition OMS) bénéfiques à l’intestin. Cet effet prébiotique est supérieur à celui de l’inuline, référence standard dans ce secteur.

Toutefois, le potentiel prébiotique de la pectine du kiwi ne peut être estimé qu’en étudiant son effet stimulant sur un plus grand nombre de souches, ou idéalement sur un mélange de bactéries trouvées dans l’intestin.
La fibre de kiwi a été utilisée par ailleurs comme un agent de microencapsulation Microencapsulation Permet l’enrobage de principes actifs sous forme solide, liquide, ou gazeuse au sein de particules individualisées. . Potentiellement, elle peut devenir un nouvel ingrédient fonctionnel naturel, utilisé comme emballage bioactif pour libérer des bactéries probiotiques Probiotiques Microorganismes vivants, qui lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, confèrent un bénéfice pour la santé de l’hôte. (Définition OMS) mais aussi des composés bioactifs comme les phytonutriments, les vitamines ou même des médicaments, directement dans l’intestin.


Source

  • PARKAR, S.G., REDGATE, E.L., WIBISONO, R. et al. Gut health benefits of kiwifruit pectins : comparison with commercial functional polysaccharides. Journal of functional foods, 2010, vol. 2, n°3, p. 210-218.

Dans la même rubrique :